15/11/2010

Le tiroir ouvert

lumière dans carré.jpg

Aperture

  

On m’a prêté l’horizon.

Celui qui transgresse tous les fronts.

On a déraciné mes limites.

 

J’en ai fini de suturer mes Abymes,

Je ne poinçonne plus le vide,

Je n’emmaillote plus le marbre.

 

On m’a prêté l’horizon,

Aujourd’hui, j’agripperais même

une dent de fourmi !

 

11:30 Écrit par Elisabeth Mercatoris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, illustration, photo |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.