17/09/2012

Lui

J'ai de la pudeur plein les yeux.

Sur le bout des synapses,

une impression légère...

Sa paume est un voile clos ;

le vent n'y vieillit pas.

Alors...

Alors, face au tollé ardent,

aux écrits tremblants,

aux encriers bêlants,

Je dis...

Je dis qu'il a l'épaule confortable pour voyager !

18:25 Écrit par Elisabeth Mercatoris | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.