09/11/2012

Le tiroir cave

Un frisson court et enveloppe les bras,
il recoud un noeud dans la gorge :
Je sais !
La trappe n'avale plus le charbon depuis longtemps !
 
Comme une porte qu'on bat,
Des petits pas dévallent le bois de l'escalier,
se heurtent aux casiers,
suivent la chaux des murs blanchis.
 
Saisir l'aveuglante baladeuse,
Eviter le sombre,
où gronde la chaudière
comme un ours trop tôt éveillé.
 
Attraper les pommes de terre,
les jeter dans l'osier tressé,
remonter en claquant des pas,
et fuir le sombre avec fracas !

10:32 Écrit par Elisabeth Mercatoris | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ca me rappelle quand on m'enfermait dans la cave "avec les rats", dans le débarras sous l'escalier... et c'était avec la huche à charbon que l'on remontait...

Écrit par : Edmée | 09/11/2012

Répondre à ce commentaire

Quelle horreur Edmée !

Écrit par : Elisabeth | 09/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.