Plan de travail

Plan de travail, Elisabeth Mercatoris

A l’origine ce bureau a supporté des articles découpés, 

des dictionnaires abimés, 

des rouspetances et des mots ruminés, 

des mots-croisés raturés, 

des agendas nourris,

des statistiques météorologiques, 

des factures réglées et rangées, 

des photos heureuses mais jaunies,

des correspondances ouvertes ou fermées, 

des stylos asséchés, 

du camphre et

des cartes à jouer,

 

Avant d’être emprunté à la construction rieuse

de cabanes improvisées. 

 

Avant de devenir le terrain d'expédition et de recherches, 

ses tiroirs ont gardé l’odeur des rognures de crayons,

de l’eau bénite et

des larmes versées à l’aube triste d’un matin cardiaque.

 

Les mains usées,  qui possédaient ce bureau, me l’ont depuis des années cédées.

 

Mon plan de travail est gondolé,

mais mes mains, 

mes mains l’ont rendu depuis plus coloré.

L’encre et la peinture y ont fait des taches, 

l’odeur des crayons y est fraîche, 

les tiroirs s’ouvrent sans difficulté, 

Et les blocs de papier sont neufs !

Les commentaires sont fermés.