01/09/2010

Carabistouillette : Rien

 … Comme tous les jours, rien à signaler … » Cinq minutes plus tard. « … Un auditeur nous signale la présence d’une voiture sur l’autoroute A 1225 ! … Oui, vous avez bien entendu, une voiture circule sur cette autoroute !!! Le phénomène est si incroyable que notre équipe de reporters est partie sur place afin d’enregistrer l’évènement. Si vous résidez dans le coin, ne manquez pas ce fait extraordinaire. Je vous retrouve pour plus d’informations dans quelques minutes … 

 

« Papa ! Papa, tu as entendu la nouvelle ? Il y a une voiture qui roule sur l’autoroute près de chez nous !»

 

« Ne dis pas de bêtise, Carabistouillette ! Les voitures ça n’existe plus depuis au moins … 40 ou 50  ans ! »

 

 … Et nous retrouvons Carine pour nos infos, ah ah ah, … routières… 

 

« Oui. Comme je vous l’annonçais, il y a quelques instants, une voiture a été vue sur l’autoroute A 1225. Nous retrouvons nos reporters sur place. »

 

« Bonjour Carine. Bonjour chers auditeurs. Effectivement, nous survolons pour le moment ce véhicule sur quatre roues. Il s’agit bien de ce qu’on appelait dans le temps une voiture. Nous allons essayer de l’approcher afin que vous puissiez entendre le bruit de cette machine insolite. Une question immédiatement me vient à l’esprit : qui peut encore rouler en voiture à l’heure actuelle ? Je vous propose d’écouter, en attendant la suite de notre reportage, le témoignage de l’auditeur qui nous a rapporté le déplacement de cette voiture. »

 

« … Fan d’objets rétro, j’ai l’habitude d’utiliser des machins passés de mode. J’étais donc installé sur mon transat : c’est une sorte de chaise longue qui servait à se reposer et généralement, sous les rayons du soleil. C’est un peu comme nos chaises suspendues de repos sauf que ça a quatre pieds. Bref, je me reposais et je sens des vibrations qui viennent du sol. Comme vous le savez les tremblements de terre sont interdits depuis une quinzaine d’années dans notre pays. Je me demandais : quel état a bien pu désobéir ? Et puis, je me suis rendu compte que le tremblement s’accompagnait d’un léger vrombissement et j’ai vu quelques oiseaux affolés s’envoler en toussant. C’est là que j’ai compris qu’il devait s’agir d’autre chose. Je me suis précipité à ma clôture olfactive et j’ai aperçu cet engin mobile sur l’autoroute. Je vous ai appelé tout de suite car j’avais mes lunettes anti rêve. « C’est parce que l’on se repose qu’on doit rêver !» dit la pub, hein vous connaissez ! J’avais déjà vu ces engins là pendant ma jeunesse mais, j’avais oublié que cela sentait aussi mauvais !… »

 

« Nous coupons le témoignage et retrouvons nos journalistes sur place. »

 

« Oui, la voiture roule à 110 Km / heure, elle est grise. Son chauffeur sourit, il nous fait signe. C’est un homme et je vois qu’il n’est pas seul dans le véhicule. Il est accompagné d’une femme mais aussi, de deux enfants et il semblerait qu’un chien soit assis entre les enfants. Oui, c’est extraordinaire, un chien est assis entre les deux enfants sur la banquette arrière.  Sur le toit, il y a une grosse valise et à l’arrière du coffre sont accrochés des engins avec des roues... Oui… Mon co-pilote me dit que ce serait des vélos ! Ces informations demandent à être vérifiées mais en apparence ces personnes transporteraient des vélos sur leur voiture. C’est tout ce que je peux dire pour le moment Carine ! »

 

« Vous n’avez pas su stopper le véhicule ? »

 

« Non, il circule à 110 Km/ heure comme je vous le disais et nous devons demander au gouvernement une autorisation spéciale pour voyager à cette vitesse. Nous attendons notre confirmation et essayerons de stopper la voiture. »

 

« Merci … »

 

« Tu as entendu cette fois papa ? »

 

« Oui Carabistouillette ! Viens on va voir ! »

 

Carabistouillette et son papa dévalent une pente herbeuse. Ils courent jusqu’aux ruines d’un pont. Sous celui-ci passe l’autoroute A 1225. C’est le seul vestige de l’air automobile ! Carabistouillette trébuche. Elle roule jusque sur le bitume. Elle s’écorche un genou, elle crie : « Aïe ! » De la poche ventrale de sa robe, elle prend un chewing gum anti bobos et hop, la douleur et l'écorchure disparaissent. Son papa arrive à ses côtés, il lui dit : « Regarde le nuage vient sur nous. Ce doit être de la poussière soulevée par le déplacement de la voiture ! »

 

Papa sautille sur place, il hurle très excité : « Ah la voilà, la voilà ! »

 

La voiture ralentit, elle s’arrête un peu plus loin. Carabistouillette et son papa accourent près de la fenêtre du passager. La vitre s’ouvre… Là, Carabistouillette et son papa voient deux enfants qui rient. Ils voient un chien entre les enfants. Le conducteur demande : « Nous cherchons la sortie de l’autoroute. Nous allons bientôt tomber en panne d’essence. Les enfants doivent se dérouiller les jambes et puis, le chien a soif !»

 

La dame ajoute : « Et il doit faire pipi aussi. »

 

Tout le monde rit dans la voiture. Cette remarque a l’air drôle mais Carabistouillette ne comprend pas. Elle réfléchit : «Panne d’essence ? Qu'est-ce que c'est ? Les enfants doivent se dérouiller les jambes ? Le sport ne se fait qu’en présence d’une équipe médicale car il rend les gens trop forts ou heureux. »  Elle l’a vu aux cours de sciences mais elle ne sait plus exactement. Carabistouillette pense encore : « Les chiens ont disparu, il y a pas mal d’années Ils ont été jugés trop sales par le Haut comité de l’hygiène international et, ils étaient rendus responsables des problèmes climatiques et même des guerres par leurs déjections. »

 

Carabistouillette dit à son papa : « Tu as entendu ce qu’ils disent ? Ce n’est pas normal. Les chiens, ça n’existe plus que dans les zoos virtuels et dans les bibliothèques d’ADN. L’essence qu’est-ce que c’est ? D’où viennent-ils ? »

 

Intriguée, la petite fille dans la voiture demande : « Le zoo virtuel, qu’est-ce que c’est ? »

 

Le papa de Carabistouillette lui explique : « C’est une sorte de zoo dans lequel se succèdent les images, bruits, odeurs des animaux. On peut toucher les animaux et ressentir leur douceur et leur chaleur mais en vérité, ce ne sont que des images animées. »

 

La dame horrifiée lance : « Les animaux n’existent plus ? »

 

« Non. Enfin, si … Les oiseaux parce qu’ils sont beaux et qu’on ne sait pas les attraper. »

 

Carabistouillette questionne à son tour : «Où allez-vous ? »

 

« En vacances à la mer !!! » crient les enfants.

 

Carabistouillette est surprise : « Pourquoi allez-vous à la mer ? »

 

« Pour jouer dans l’eau ! » crie la petite fille.

 

«  Pour faire des châteaux de sable ! » ajoute le petit garçon.

 

Carabistouillette répète ces mots comme un écho : « Jouer dans l’eau?  Faire des châteaux de sable ?»

 

« Pour prendre le soleil ! » complète la dame en souriant.

 

Carabistouillette s’empourpre, elle s’emporte : « Mais, on ne peut pas prendre le soleil.  Le soleil, il est à tout le monde ! »

 

La dame la calme : « C’est vrai, tu as raison. C’est une expression pour dire : bronzer. »

 

Carabistouillette s’agite : « Mais, qu’est ce que vous racontez ? Essence, chien, voiture, animaux, bronzer, jouer, … Mais d’où venez vous ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ?»

 

 

« Carabistouillette ! Carabistouillette, réveille-toi ! » dit son papa.

 

Carabistouillette a très chaud, elle se débat dans sa couette.

 

« Lève toi. C’est la rentrée ! »

 

Chiffonnée de sommeil, Carabistouillette baille : « Quoi ? Pourquoi… Pourquoi on part si tôt ? »

 

« A cause des bouchons. Je préfère qu’il n’y ait rien pour rouler sur les routes ! »

25/08/2010

le tiroir des questions de Carabistouillette

"Devient-on meilleur en prenant de la hauteur ?"
shoes.jpg

13:06 Écrit par Elisabeth Mercatoris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : illustration jeunesse, illustration, question, carabistouillette |  Facebook |

23/08/2010

Carabistouillette : moi, je veux un éléphant !

Un jour Carabistouillette vient trouver sa maman dans la buanderie, elle lui dit : « Maman, pour mon anniversaire, je veux un éléphant ! »

 

Maman cesse de plier son linge, elle relève la tête et porte un tendre regard sur sa fille. Elle lui dit : « Carabistouillette, tu es trop âgée pour un éléphant en peluche ! Tu ne préfères pas autre chose ?»

 

Carabistouillette pose ses poings sur ses hanches et répond : « Non, je veux un vrai éléphant avec des défenses et de grandes oreilles et tout ! »

 

« Mais ma poulette… Pourquoi ? - La maman de Carabistouillette éclate de rire. « Ah ce que tu es drôle, ma chérie ! Tu me fais une blague ! »

 

Carabistouillette tape du pied. Ses joues rosissent, sa voix se voile un peu, elle se fâche : « Non, je veux un éléphant vraiment ! »

 

Maman s’agenouille, elle prend Carabistouillette par les épaules : « D’accord, d’accord ! Et tu en veux un à pois rouges ou un à rayures ? Ah ah ah !»

 

Carabistouillette souffle très énervée. Des larmes commencent à déborder de ses yeux verts. Elle repousse les mains de sa maman. Sa voix s’étrangle : « Je suis sérieuse, maman. Je veux un éléphant ! »

 

Comme un petit canard qui s’extirpe de sa mare, maman claudique vers sa fille. Elle tente de la raisonner : «  Ma Carabistouillette chérie, euh… Ma petite poulette, euh… On vit dans une toute petite maison ! »

 

Le menton tremblant de Carabistouillette pointe, elle chevrote : « Et alors ? »

 

Maman hoche la tête : « Et alors ? Et alors, tu te vois sortir ton éléphant pour sa promenade quotidienne par la petite porte d’entrée là-bas ? »

 

Carabistouillette se bute : « Non, il restera dans ma chambre ! »

 

Maman rit doucement : «  Et il dormira dans ton lit peut-être ? »

 

Le visage de la petite fille s’éclaire, Carabistouillette trouve l’idée excellente.

 

« Oui, je lui prêterai un coussin et je lui ferai un coin pour jouer ! »

 

Maman perd patience, elle se dresse comme une muraille infranchissable : « Non, mais tu connais la taille d’un éléphant ? »

 

Carabistouillette sent qu’elle n’obtiendra pas son éléphant. Elle essaye d’amadouer sa maman, elle minimise : « Mais, j’en prendrai un tout petit ! »

 

Maman se moque un peu : « Un éléphant nain, quoi ? »

 

Carabistouillette serre les mains et se hisse sur la pointe des pieds : « Oui ! »

 

 

Les joues de maman rougissent et son regard devient dur : « Mais les éléphants nains, ça n’existe pas Carabistouillette ! »

 

Maman cramponne puis, elle chiffonne un essuie éponge et elle le jette dans le tambour du sèche-linge. Elle soupire très fort puis elle se calme. Elle lui explique : « Carabistouillette, les éléphants sont des animaux protégés. Ils vivent en Afrique ou en Asie. Et ceux qui vivent en Europe proviennent de zoos ou de cirques. Comment veux-tu adopter un éléphant ? »

 

La petite fille ne se démonte pas, elle tente sa dernière chance : « On n’a qu’à en voler un dans un zoo. De toute façon, il sera mieux chez nous ! Allez dis oui ! »

 

« Voler !!! » Maman est choquée, elle tranche : « Non ! »

 

Carabistouillette supplie : « Alleeeez ! »

 

« Non ! »

 

Carabistouillette prend une toute petite voix : « S’il te plait ! S’il te plait ! »

 

« Non Carabistouillette, ce que tu me demandes est impossible. »

 

Carabistouillette semble vaincue par les arguments de maman. Elle râle. Elle soupire. Peut-être aurait-elle dû demander à papa ? Il lui dit souvent oui, lui son papa. Bras ballants, Carabistouillette bat en retraite, elle souffle du bout des lèvres : « Bon ! »

 

Maman rumine les propos de Carabistouillette. Elle fait des boules avec les essuies qu’elle jette dans le sèche-linge comme des ballons de basket dans un panier : « Adopter un éléphant ! Voler un éléphant ! Et pourquoi pas une girafe aussi ?»

 

Ragaillardie, Carabistouillette revient à l’attaque : « Oh, oui, une girafe ! C’est gentil une girafe. J’en prendrai une avec de petites tâches rousses. Je l’appellerai … »

 

 

07:45 Écrit par Elisabeth Mercatoris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carabistouillette, histoire enfant, éléphant, caprice enfant |  Facebook |